search

Accueil > VIE DU COLLEGE > ARCHIVES > Les activités de la 5ème éveil artistique

Les activités de la 5ème éveil artistique

2004-2005 : divers jardins d’hiver en été

jeudi 2 juillet 2009, par Administrateur du site

La 5ème E de notre collège a un projet sur l’année scolaire.

Celui-ci consiste à travailler sur un thème, cette année (2004-2005), notre thème est « divers jardins d’hiver en été ».

Tous les mois nous faisons une sortie et assistons à un spectacle en lien avec notre thème.

Nous travaillons avec les professeurs suivants :
- madame Chéreau, professeur de français.
- madame Devillard, professeur de latin.
- madame Graça Da Silva, professeur de musique et notre professeur principal.
- madame Koerper-Berger, professeur documentaliste.
- madame Markowski, professeur d’éducation physique.

Notre programme de cette année est le suivant :
- le 24/09/04, visite de trois jardins : les jardins romans de Varenne l’Arconce (71), le jardin anglais de Marie à Vareilles (71), le jardin à la française du Château de Drée à Curbigny (71).
- le 14/10/04 : randonnée, visite chez un pépinièriste passionné de sauges et visite du chantier de restauration de la Tour du Bost.
- le 19/11/04 : journée chez Edith Dabrowski, artisane locale et sorcière de renom.
- à partir du 25/01/05 : séance de réalisation de cabanes (maquette + réalisation grandeur nature) avec un plasticien de la région, Christian Segaud.
- 5 spectacles à l’ARC : Cirque en fil, Le poids du ciel, La crèche à moteur, La fameuse invasion de la Sicile par les ours et Bambous de souffle.
- du 9 au 13 mai 2005 : Voyage dans le Val de Loire avec visite des jardins de Noirlac, Villandry, Chaumont, Chambord....

Ces articles ont été réalisés avec la documentaliste.

Les jardins ouvriers


Histoire des jardins ouvriers

Petie porte vers un grand jardin

Les jardins ouvriers sont aussi appelés les jardins familiaux.
Ils comprennent :

  • Les associations de jardins ouvriers (issues de la ligue du coin de terre et du foyer fondé en 1897 par l’Abbé Jules Lemire ), dont l’objectif est de rechercher, aménager et répartir les terrains pour les mettre à la disposition de chefs de familles à l’exclusion de tout usage commercial ; elles doivent se constituer en associations déclarées ou reconnues d’utilité publique.
  • Les associations ou sociétés de jardins familiaux, dont l’objectif est de grouper les exploitants de jardins familiaux, pour faciliter l’exploitation de ceux-ci et d’encourager, par une propagande éducative, le développement des jardins familiaux ; elles doivent se constituer sous forme d’associations déclarées.
  • Les jardins familiaux isolés. Le locataire de jardins familiaux bénéficie d’une protection légale et s’il adhère à un groupement, de divers avantages.

Elles peuvent obtenir des subventions annuelles, calculées en tenant compte des jardins nouveaux créés et des frais engagés pour les terrains qu’elles répartissent


Les jardins ouvriers au Creusot

Au Creusot, les jardins ouvriers ont été mis en place par Eugène Schneider en 1865, pour donner une occupation nouvelle en dehors du travail aux ouvriers.

Au début, les ouvriers étaient logés dans de grands bâtiments en brique (appelés casernes). Mais de peur que les ouvriers se révoltent, des petites maisons sociales pour chaque ouvrier et sa famille ont été construites.

De plus, Schneider mit en place des jardins ouvriers (un par ouvrier et par famille) : cela donnait l’illusion aux ouvriers de posséder un bien.

Les jardins sociaux occupaient les ouvriers et les empêchaient de se réunir pour revendiquer ou aller au bar. Les jardins ouvriers ont permis de lutter contre l’alcoolisme par un retour à la terre.

Schneider et Compagnie a mis aussi gratuitement à disposition des ouvriers, par l’intermédiaire du syndicat ouvrier agricole du Creusot, des professeurs pour enseigner aux ouvriers à cultiver leurs jardins et à leurs femmes à cuisiner.

À leur création les jardins ouvriers avaient un rôle économique, hygiénique, moral et politique.


L’invention des jardins ouvriers par l’abbé Lemire

L'abbé Jules Lemire

L’abbé Jules Lemire a été le fondateur de la ligue du coin de Terre et du foyer. Il a consacré le meilleur de son temps et de son coeur à cette oeuvre, ainsi qu’à celle des jardins ouvriers.
- Il a été élu député d’Hazebrouck (en Flandres) en 1893, il fut également maire de cette ville.
- À l’Assemblée Nationale, il lutta contre le travail de nuit des femmes et des enfants.
- Il fut décoré de la croix de la légion d’honneur pour sa conduite pendant la première Guerre Mondiale.
- L’Abbé Lemire est décédé le 7 mars 1927 des suites d’une congestion pulmonaire, sa mort fut ressentie avec une grande tristesse.
- Aujourd’hui il existe 800 associations proposant des jardins. La location d’une parcelle coûte environ 30€ pour l’année, mais le délai d’attribution dépasse souvent les 2 ans.


La course aux essences au parc du Morambeau

En cours d’EPS nous avons fait un jeu intitulé "la course aux essences". Il consiste à se repérer dans la nature, grâce à des indices comme par exemple : des arbres nommés, des bancs...

Chaque groupe d’élèves devait cacher une balise au travers de la forêt et marquer les indications pour retrouver celle-ci. Chaque groupe, après avoir inscrit toutes les indications nécessaires, va à la recherche d’autres balises.

Il faut chercher un emporte-pièce accroché aux balises qui est représenté par une croix sur le plan.

Le jeu : il faut décrire où est la balise/ Par exemple : la balise est située près d’un escalier au milieu des buissons. Une fois la balise retrouvée, la poinçonner sur le plan puis emmener le plan (sans la balise) au professeur qui note le
temps que nous avons mis pour retrouver la balise, et recommencer au minimum six fois.

Les arbres [1] que nous devions découvrir sont :
- le robinier : robinier
- Le marronnier : marronier
- Le houx : houx
- Le châtaignier : châtaigner
- Le chêne : chêne
- Le pin : pin
- L’érable : érable

Cela nous a permis de reconnaître les caractéristiques de ces arbres(formes des feuilles, couleurs, familles...).

Les spectacles


Cirque en fil (arts du cirque), le 22 octobre 2005

Nous sommes allés le vendredi 22 octobre 2004 voir le spectacle Cirque en fil de la compagnie Rasposo.

Cette troupe est composée de funambules, de jongleurs, d’équilibristes, de porteurs, d’acrobates, de comédiens et de dresseurs d’animaux.

Tout au long de ce spectacle quatre personnages marchent sur un fil ou font des acrobaties tout en faisant les clowns sur une musique entraînante, s’amusent à faire marcher des chats sur un fil, ou encore prennent une personne du public pour lui offrir une barbe-à-papa.

- Mise en scène : Fanny Molliens ;
- Fildefériste, acrobate, équilibriste : Marie Molliens ;
- Jongleur, porteur : Fred Escurat ;
- Acrobate, équilibriste, jongleur, porteur : Vincent Molliens ;
- Comédienne, dresseuse : Fanny Molliens ;
- Régie, son et lumière : Joseph Molliens.

Quelques avis :
- Étienne : « C’était bien, assez folklorique »
- Florian : « J’ai bien aimé ce spectacle »
- Claire : « C’était drôl »e
- Camille : « J’ai adoré car les acteurs jouaient bien »
- Robin : « C’était drôle, amusant, spectaculaire : super spectacle »
- Élodie : « C’était distrayant, amusant et drôle »
- Vincent : « C’était super, les comédiens jouaient très bien »
- Aurore : « Spectacle très enfantin et drôle »
- Laeticia : « Les acrobates étaient très souples »

Pour accéder au site de la compagnie Rasposo, cliquez sur l’adresse suivante :
http://rasposo.net/


La crèche à moteur (théâtre d’objets), le 3 décembre 2004

Vendredi 3 décembre 2004, à 19h, notre classe est allée le spectacle qui s’intitule La crèche à moteur de la compagnie Opus à l’Arc.

A l’entrée de la salle où ce spectacle était présenté, les personnages s’occupant du spectacle nous ont distribué des cartes de tarots, puis nous ont amenés sur la scène derrière une camionnette, entourée de rideau. Nous étions assis sur des bancs ou par terre. Le spectacle se produisait à l’intérieur de cette même camionnette.

Entre 1946 et 1972, un ancien camelot nommé Raoul Huet est révolté contre le monopole des crèches à moteurs par l’église. Il décide donc, de créer sa propre crèche à moteur et parcourt les routes à la période de Noël. Après sa mort, les membres du conservatoires des curiosités retrouvent sa crèche et restituent cette œuvre pour nous la présenter.

C’est un spectacle qui se base autour de marionnettes faites de bric et de broc, qui gigotent et semblent si réelles.

Ce spectacle nous transporte au pays des rêves.

Pour accéder au site de la compagnie Opus, cliquez sur l’adresse suivante : http://www.curiosites.net/

La page de la La crèche à moteur : http://www.curiosites.net/spectacles/creche.htm


[1images importées depuis Wikimedia commons

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message